one piece rpg Index du Forum

one piece rpg
Un nouveau monde identique à celui de One piece sauf que c'est vous qui partez à l'aventure.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Nécropole Maudite

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    one piece rpg Index du Forum -> Le RP c'est par ICI ! -> Les quêtes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nicorobine (Crilix)


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 42
Nom ou/et prénom: Ashley Mizuki Robins
Féminin
Points: 43
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Sam 10 Aoû - 19:18 (2013)    Sujet du message: La Nécropole Maudite Répondre en citant

Type de quête : Quête privée
Nombre de participants :1
Nom des participants ( facultatif ) :McGold
S.O.S :Par une belle après midi ensoleillé et chaleureuse,un homme marche d'un pas rapide sous un manteau en laine noir qui comporte une capuche pour cacher son visage imprégné de douleur. Cet homme ,apparemment pressé,bouscule chaque passant qui passe en travers de sa route.Il se comporte de manière méfiante, soucieux du danger qui est entre ses mains semble - t -il car il manque de faire tomber plusieurs personne en regardant derrière lui ,à gauche, à droite .Ses foulés s 'accélèrent de plus en plus jusqu'au point où il court à travers la ville.Personne ne sais qui il est,pourquoi est il là et que fait -il.Mais qu'importe ces questions quand la personne concernée sais sa mission :Remettre un message à une personne assez cultivé et soucieux du danger.Sur cette maudite lettre est écris avec une couleur qui se rapproche plus du pourpre:
 " I Si tu reçois cette maudite lettre c'est que mon chers confrère à accompli  sa mission et doit maintenant mourir en paix.Je dois vous avouez que j'ai besoin de votre aide miraculeuse.Je suis en danger...Je suis enfermé dans une nécropole où l'énigme pour ouvrir la porte de ma cellule est un danger de mort si la mauvaise réponse est à la clefs.La personne qui ma enfermé est un homme ayant mangé le fruit des morts...Il peut ,dans n'importe quel état de décomposition, les faire renaître.Viens me sauver ,même si ma vie n'importe peut pour toi, et je te remettrais une amulette qui compte beaucoup pour moi...L’amulette du désarrois  7000 berry et ma sincérité ...Si tu es un vaillent pirate,elle te sera d'une grande utilité.Mon chers frère à dû te choisir car il pense que tu es quelqu'un de puissant et d'intelligent


Signé :Ashley Mizuki Robins dite "La Faucheuse Mécanisé"I



récompense :Amulette du désarrois + 7000 berry








SJe suis désolé pour les fautes...Je me suis relu un maximum mais je se suis pas la meilleure en conjugaison mais je m'excuse aussi que se soit un peu cours mais je n'est pas envie de faire un pavé et qui y est plein de chose incohérente et que vous trouviez sa nul que de faire cours et que se soit compréhensible et bon à lire!


Bonne Lecture!! S
_________________
Du multifruit...Oh oui du Multifruit....


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 10 Aoû - 19:18 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mc-Gold


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2012
Messages: 113
Nom ou/et prénom: Brennus Ludicael
Masculin
Points: 115
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Dim 11 Aoû - 01:46 (2013)    Sujet du message: La Nécropole Maudite Répondre en citant

Brennus Ludicael marchait silencieusement dans une ruelle ombragée étrangement déserte d'une cité surpeuplée. Sa cape lui recouvrait la tête de sorte que son visage était invisible au éventuelles passants qu'il n'y avait pas et de façon à le protéger des rafales de vents qui, sifflant régulièrement entre les hautes maisons, faisait s'envoler des poignées de poussière rouge venu des terres du désert d'ocre qui entouraient la gigantesque cité.
Quand une personne pénétra dans la ruelle, courant d'une vive foulée, et n'ayant pas remarqué la présence de Brennus,elle heurta ce dernier avec violence. Brennus, qui pourtant n'avait pas l'habitude de faiblir face à ce genre de coup, dut reculer de deux pas, preuve s'il en n'est que cette personne n'était pas n'importe qui. Le coureur lui, tomba a la renverse, ainsi assis par terre, l'homme pu observer Brennus qui essuyais la poussière qui s'était déposée sur la cape qui le recouvrait puis releva les yeux à hauteur de ceux du coureur. Au moment précis où les deux homme échangèrent un regard, l'atmosphère ce glaça, le ciel se scinda en deux. Un véritable combat de Titan avait lieu entre ces deux hommes, et ce par un simple regard. A une boutique un peu plus loin dans la ruelle, une marchande de fruits et légumes tomba dans les pommes. Deux agents gouvernementaux qui devait suivre Brennus Ludicael depuis un moment s'effondrèrent dans la ruelle révélant ainsi à tous leur planque derrière une vieille brouette en bois vermoulue. Un chat qui passait sur un toit tout proche s'enfuit à toute patte. Peut-être la ville entière avait elle ressentie ce combat qui se jouait là entre ces deux homme par un simple regard. Pas un mot ne fut émis par l'un ou l'autre des opposants, le monde autour d'eux s'était arrêté de vivre. Le coureur tendit la lettre qu'il tenait en main à Brennus qui, délaissant la joute oculaire un instant pour prendre l'objet que lui tendait cet étrange individu, permis d'offrir à toute la ville un repos bien mérité et de reprendre ses esprits. Il la pris mais ne l'ouvrit pas.
« Merci . » Dit simplement le coureur avant de se relevé et de repartir en direction du désert rouge.
Brennus fit demi tour et quitta la ruelle tout en cachant la lettre, toujours non décachetée sous sa cape.


De retour dans sa petite chambre d'hôtel, allongé sur le drap blanc de son lit, la lumière du soleil, découpée par le moucharabieh de la fenêtre, lui éclairant le visage. Il se surpris lui même en pensant qu'il avait croisé un homme qui semblait capable de soutenir son regard et qu'il n'en avait rien à faire. Il fut pourtant un temps où cela l'aurait intrigué au point qu'il n'en puisse plus tenir en place et qu'il tente à tout prix de revoir cet homme. Mais ce n'était plus le cas désormais. Presque nu, allongé sur son lit, Brennus se moquait bien de cet homme et de sa force surprenante. Il n'avait qu'une chose en tête. Une et une seule. Ses amis. Disparus depuis de longues années déjà. Il se souvient encore de ce musicien qui avait été son tout premier Nakama (comme disent les marins de nos jours), il se souvient aussi de cette jeune femme, de sa beauté, de sa joie de vivre, de son caractère surtout - cela le fit sourire – Comment l'avait il rencontré déjà ? Ha oui, dans un bateau qu'il avait volé. Il se souvenait de tout ces gens qu'il avait connu et avec qui il avait vécu quelques douces années, il se souvient encore même de sa vie à Longuetown, voler un pain, juste pour pouvoir manger et ne pas se faire attraper par la marine qui vous recherche, il y a longtemps, 25 ans, peut-être 30, si ce n'est plus, cela avait été son quotidien. Aujourd'hui, cela n'était bien sur plus d'actualité. Il était devenu un homme riche, puissant et crains et à part quelques agents du gouvernements à la recherche d'un coup d'éclat, des Amiraux et de quelques chasseurs de Primes un peu benêt, personne n'osait plus lui chercher querelle. Tout cela il s'en souvenait et cela lui rappela ses dures années de jeunesse où il avait vécu d'aventures et de frissons.
Ses Nakamas ... il aurait bien aimé les revoir, c'est d'ailleurs pour cela qu'il était venu se perdre sur cette île isolée où tout n'est qu'un désert d'ocre rouge à l'exception de cette cité et d'un petit village de pêcheur perdu dans les grandes montagnes de soufre au nord de l'île où, dit on, la neige tombait sous forme d'une étrange poussière pourpre.
Il savait que l'un de ses ancien Nakama se trouvait ici, quelque part. Où ? Il n'en savait rien. Lequel ? Il ne le savait pas non plus … Ce qu'il savait en revanche c'est qu'il ou elle n'était pas dans la cité ni dans le cachot de la marine, il en avait exploré chaque recoin, chaque rue, chaque coin sombre … Il n'avait rien trouvé.
Il avait demandé il y a quelques jours à ce rendre au Village de Salakti au Nord de l'île, il s'était ainsi attiré les foudres de ses interlocuteurs, certains s'était signés et refusèrent d'en évoquer même le nom et lui conseillèrent de ne jamais évoquer l'idée d'y aller, d'autres s'était simplement enfuis à toute jambes, d'autres encore étaient tombés dans les pommes. Personne ne voulait ce rendre en ce lieu qu'ils disaient maudit.
Il pensait, sur son lit à ce qu'il verrait quand il y sera, car il comptait bien y aller. Un ivrogne avait évoqué une sorte de nécropole dans les montagnes, peut-être les deux endroit étaient ils liés.
Brennus, s'endormit ainsi, à demi-nu, sur son lit en pensant à ses anciennes aventures et à celles futures.


Il dormit longtemps, quand il ouvrit les yeux, la nuit était tombée et la lune reflétait ses argentés reflets sur les eaux de la fontaine qui ornait la place où siégeait le somptueux hôtel où il avait dormi. Une autre lueur toutefois attira son attention. Une lueur Bleutée qui provenait de l'intérieur de la chambre, et plus précisément de l'intérieur de sa cape qui était accrochée par la capuche à une sorte de poutre qui sortait du mur. Brennus sorti de sa cape la lettre de l'homme étrange qu'il avait croisé la veille. Il ne l'avait pas ouverte mais du sceau qui la sellait se dégageait une frêle lumière bleutée.
Étrangement, il ne l'ouvrit pas encore, observent avec attention le sceau imprimé à la cire de l'enveloppe. Le Tampon, fait très probablement dans un bois taillé grossièrement représentait l'Ankou. La mort m'aurait elle envoyée un message, ayant peur de venir me chercher elle même se demanda t-il un peu amusé.
Il finit par décacheter l'enveloppe.
Un lettre était à l'intérieur, une lettre qui demandait de l'aide. Il ne pouvait pas ne pas y aller.
Alors que l'aube arrivait à peine, il avait déjà quitté l'hôtel et il partait, en direction du nord, seul, à travers le désert rouge où rien ne vivait. Il n'avait avec lui que sa cape pour le protéger du soleil et un sac à dos contenant nourriture et eau pour un voyage de plusieurs jours en direction des montagnes, en direction de la Nécropole et en direction de cette étrange Ashley qui l'appelait à l'aide.


Revenir en haut
Nicorobine (Crilix)


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 42
Nom ou/et prénom: Ashley Mizuki Robins
Féminin
Points: 43
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Lun 26 Aoû - 16:23 (2013)    Sujet du message: La Nécropole Maudite Répondre en citant

Un bateau sans drapeau vogue sur les mers en direction d'une île au sol nappé d'une poussière rouge.Ce navire à voile blanche et aux bois clair contient de personne : un homme et une femme , un frère et une sœur  .L'Homme se nomme Seyoko Mizuki Robins ,un homme tout a fait normal avec de magnifique yeux rouge et une chevelure noir , tandis que la femme ,elle , se nomme Ashley Mizuki Robins ,une femme cyborg avec la même couleur de cheveux que l'homme. Ils se dirigent vers une île dont le nom n'est qu'un titre...L'île D'Ocre aussi appelé l'île de sang par sa couleur rouge flamboyante causé par la poussière qui s'en échappe. Une gaieté sans pareil donne une impression qu'un équipage fait la fête en buvant des litres de Rhum sans se priver . Mais il n'y que deux personnes sur ceux bateau . Ashley cria :
-Seyoko!
-Oui?! répond-il de la cabine de navigation 
-J'espère que tu es content de pas naviguer!
-Et comment!
-Et bien sa va être de courte durée! On s'approche de l'île D'ocre!Je remonte les voiles et tu prend la relève!!
Ils rirent de bon cœur mais ils reprirent vite leur esprit . Ashley monta habilement sur le mat et tira la voile pour ensuite l'accrocher d'un nœud que son père lui avait appris lors de ses jeunes années . Seyoko , dès que la voile était remonté,entreprit de manier le bateau d'une main d'oeuvre pour qu'il arrive sans encombre au port.
-Avant de poser pied à terre,met ton manteau à capuche en laine noir Seko.
-Sous cette chaleur !Jamais de la vie!
Ashley tourna la tête pour planter ses yeux dans ceux de son frère.
-D'accord mais explique moi pourquoi au moins!
Elle regarda autour d'elle et vit le port étrangement vide ou  du moins avec de pauvre homme à moitié saoul ou ivre mort qui se trimbalait tels des chiens galeux qui ne pourrait ni entendre ou retenir un mot de leur conversation . Mais elle prit garde tout de même et commença à chuchoter:
-Il y a une île plus au nord où se trouve une Nécropole dites maudite...Et il y a quelque chose à l'intérieur qui m'intéresse fortement...
-Quoi donc qui puisse attiser ta curiosité?
Ces mots étaient sorti d'une voix claire et moqueuse mais qui aurait pu être entendu  par tout le port.
-Tais toi idiot!Elle renferme un livre qui parle d'une histoire assez étrange...L'histoire Rodney Carcasseul ...Un célèbre pirate et qui à su comprendre beaucoup sur la mécanique antique et sur les anciens monuments...Et j'aimerais par la suite les explorer...
Quand elle eut fini,elle regarda son frère qui la regardait maintenant d'un air perplexe et enfila sans un mot son manteau.Il descendit,tendu la main vers sa sœur avec un sourire qu'elle connaissait bien...Trop bien..Et il lâcha un :
-Allons y! 
Elle sourit ,empoigna la main de son frère et descendit.
Ils traversèrent aux pas de course la ville en s'arrêtant une fois pour acheter une petite bouteille de rhum et une substance orange-âtre donc le vendeurs avait donné comme nom "multifruit" . Après cet achat,ils reprirent la direction des terres sauvage,des terres inconnues,des terres rouge....






-Enfin arrivé!Sa fait 3 jours qu'on marche!
Cette exclamation fit fuir un cheval,plus petit que la normal dans un nuage de poussières pourpre .Ashley sourit avant de reprendre son sérieux.
-On a écoulé le Rhum en 3 jours!Bon...Il nous reste encore cette mixture de fruit que le vendeur appel...Comment déjà?Ah oui multifruit!Tu en veux?!
-Oui je veux bien!
Ils en burent tout deux quelques gorgé avec une mine de satisfaction.Cette mixture orangeâtre les ravis mais ils reprirent vite leur esprit respectifs et entrèrent dans la Nécropole Maudite. Seko ,comme l'appelait sa sœur ouvra une porte gigantesque et ils entrèrent. Ashley serra son amulette dans  sa paume. Seko dit:
-Tu prend à droite et moi à gauche?
-D'accord!
Ashley commençait à peine à faire un pas que son frère la prit dans ses bras et dit tendrement:
-Je t'aime...Je t'aime de tout mon cœur...
-Moi aussi...
Ils restèrent longuement ainsi jusqu'à Seyoko relâche son étreinte .Ils partirent tout deux dans leur direction respective.Quand Ashley refermait la porte derrière elle ,elle ne put retenir un cri défroid ,un squelette qui était assis sur une chaise se leva ,claqua 3 fois ses mâchoire et fonça en direction d'Ashley. Elle recula d'un pas,d'un seul ,pour que tout un mécanisme s'enclenche. Seyoko ,alerté par le cri de sa sœur vu à temps le mécanisme s'enclenché et n'eut que pour seul réflexe de sauter sur sa sœur pour la plaquer au sol, 3 énorme flèches étaient planté dans la porte derrière eux.Puis tout s'arrêta ,le squelette s'effondra et le clame régna.Ils se relevèrent puis continuèrent ensemble .Ashley ne fit que une dizaine de pas pour se prendre dans un fil tendu qui l'enferma dans une cage qui l'enferma et l'éleva à 5 mètres du sol et Seyoko se pris une flèche ,surement empoisonné, dans l'épaule droite.Il l'arracha et tira une grimace de douleur.
-Sa va!? S’écria  t elle 
-Pas vraiment...il lâcha un grognement de douleur,mon épaule s'engourdit ....
Le pouls d'Ashley s’accéléra mais elle repris son calme et regarda autour d'elle.Elle vit un homme,debout au deuxième étage qui jouait de ses mains pour remettre le squelette à sa place.Ashley prit dans d'une main son amulette et la pointa vers l'homme qui pris peur à l'instant où elle avait prononcer un mot et parti dans une pièce.Cela ne l'interpella pas car elle pensait que à son frère.Elle sortit un bout de papier ,s'entailla son index droit avec son couteau et commença à écrire .
-Que...Que fais tu?
-Comme tu ne pourra pas me sauver j'écris une lettre que tu remettra à une personne qui te parait intelligente et puissante...dit elle la gorge nouée
Quand elle eut fini elle demanda ,toujours la gorge nouée:
-Tu... tu as toujours le tampon de père?
-Oui...
Elle jeta la lettre à travers les barreaux et Seko la pris et la tamponna.Il se leva difficilement et dit: 
-Je t'aime...suivis d'un sourire
-Moi aussi je t'aime...Seko...
Une larme roula ,de son œil valide, sur sa joue,c'était les derniers mots et le dernier sourire qu'elle verait de son frère...A tout jamais....
_________________
Du multifruit...Oh oui du Multifruit....


Revenir en haut
Mc-Gold


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2012
Messages: 113
Nom ou/et prénom: Brennus Ludicael
Masculin
Points: 115
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Lun 26 Aoû - 23:51 (2013)    Sujet du message: La Nécropole Maudite Répondre en citant

Quel étrange petite bestiole.
Une sorte de gros Lézard-cheval. Une peau couverte d'écailles Marrons claires et une forme ressemblant en tout point à un cheval. Non, plutôt à un âne, l'animal n'avait pas la taille du cheval mais plutôt celle de la brave bête de somme que nous connaissons tous.
L'étrange animal se désaltérait dans un méandre du grand fleuve rouge qui serpente dans le désert d'ocre dont la poussière rouge donne à l'eau venue des grandes Montagnes de l'Est une teinte orangée.
Il semblait avoir longtemps couru car il était en sueur. Il était tellement épuisé qu'il remarqua à peine la présence de Brennus qui était arrivé à ses côtés et l'observait d'un air étonné.
Belle bête dit ce dernier, posant sa main sur le dos de l'animal qui n'avait pas la force de broncher.
Tu vas m'être utile.
Brennus attacha une corde au coup de l'âne-lézard. Remarquant au passage que sa langue était fourchue comme celle du serpent et que la bête était affublée d'oreilles démesurément grandes qui devait lui permettre d'entendre d'ordinaire à des Km à la ronde.
Une fois sa nouvelle monture désaltérée, il repris la route à ses côtés, la maintenant solidement avec la corde et ayant posé ses quelques bagages sur le dos de la mule qui ne semblait pas mécontentant de le suivre.

Ils marchaient depuis deux jours déjà en direction du Nord, vers les hautes Montagnes.
Le troisième jour, ils arrivèrent à la première d'entre elles, continuant sa route à travers un Tunnel creusé qui menait au petit village portuaire de Salakti, le village était presque désert, quelques Marins sur le quai déchargeaient le maigre fruit de leur pêche, quelques vieilles femmes vêtues de noir bavardaient en silence, assises sur un banc, probablement attendaient elles leurs maris, frères, pères ou amants parties en mer depuis longtemps et n'étant jamais revenus. La Mer ne fait jamais de cadeau aux femmes des Marins.
Le Village était donc presque désert. A l'exception d'une petite échoppe qui était ouverte dans un coin du port et semblait être le seul point de vie de la région, quelques personnes s'y rendaient pour acheter, vendre, troquer, échanger, commercer avec le vendeur qui ne savait plus où donner de la tête. Il vendait boissons, viandes, poissons et quelques autres produits de première nécessité.
Brennus voulait demander sa route, Il entra donc dans la boutique qui faisait aussi bar et commanda un verre de vin. Le Patron lui répondit qu'il n'y en avait plus lui servit un grand verre d'un étrange liquide orange qu'ils appelaient « Multifruit » et qui avait un goût à faire vomir un mort. L'âne-Lézard l'attendait à l'extérieur.
D'un geste de la main, il fit signe au Patron qui s'approcha.
- J'aimerais connaître la route de la Nécropole.
Stupeur, la vie du village s'arrêta totalement. Les Trois clients présent à ce moment le dévisagerent comme s'il n'avais été humain et seul une mouche du désert empêchait un silence totale de s'installer dans le magasin.
Le Patron lui glissa doucement :
- La Nécropole est Maudite Voyageur ! En prononcer le nom est interdit en ces lieux ! Sortez je vous pris.
Brennus n'insista pas et pris la porte.
A l'extérieur, une vieille femmes en noires, assise, seule, sur un banc de pierre à l'ombre d'une maison le héla, lui et son âne. S'engagea alors une bien étrange conversation:
- Voyageur, c'est un agtaga (aussi appelé âne-Lézard) que tu à là ! Comment l'a tu trouvé ?
- Je n'l'ai pas trouvé Madame. Dit-il. Il m'attendait le long du fleuve.
- Pourquoi te suit-il ?
- Parce qu'il le veut bien.
- Pourquoi l'attache tu ?
- Parce que je ne veut pas le perdre Madame.
- Ne lui fait tu pas confiance ?
… Comme pour donner répondre à la dame, il détacha la corde, l'âne n'en profita pas pour partir.
- Bien. Tu est un homme au cœur pur l'ami, vas, il ne t'arrivera rien. Dieu te garde.
- Merci Madame. Quelle est la direction ?
- Loin au cœur des montagnes froides et embrumées
Vers des cachots profonds et d'antiques cavernes
Il te faut aller avant le zénith du jour
En quête de l'être pâle et enchaîné.
Dieu te garde mon enfant.

La conversation s'était déroulée sur un tons plat mais emplis de Mystère. Comme si tout ceci n'eut été qu'un rêve.
Brennus esquissa un battement de cils et déjà la dame n'était plus là.
Il reprit donc la route en direction de l'Ouest par de fin sentiers caillouteux. Prenant soin de remplir sa gourde à la fontaine et de faire boire sa bête qui n'étant plus attachée, le suivait de son propre chef désormais, avant de quitter le village qui avait repris sa non-activité habituelle.
Au bout de deux heures de marche, ayant longé précipices, gravit et descendu chemins pentus, traversés fin cours d'eau et franchit cols et falaises, Brennus et son agtaga arrivèrent, au détour d'une colline, devant le spectacle immense de lumière. Le soleil était déjà haut dans le ciel et se reflétait dans le bleu infini du lac où nageaient paisiblement des carpes Koï. Quelques Couleuvres flemmardaient sur les rochers qui émergeaient de l'herbe verte et fleurie qui entourait le lac.
Les montagnes grises semés en cet endroits de petits bois de pins venaient compléter ce tableau idyllique.
Un ruisseau coulant, paisible, venait remplir d'eau ce paysage magnifique. Un crapaud au loin faisait la coure à sa belle. Une libellule battait des ailes entre les roseaux, une oie sauvage s'enhardissait à rejeter les demandes d'un prétendant, une cigale se mit à chanté, bientôt suivit par milles autres. Un faon sortit d'un boit, galopant vers une touffe d'herbe appétissante. Un lézard sortie de sous un rocher pour filer sous un autre alors qu'un rossignol commençait un air frai et entraînant. Une rose en s'ouvrant révéla un parfum de printemps ravissant bientôt prise d'assaut par un bourdon gourmand.

Il laissa son âne près du lac avec quelques maigres affaires qu'il avait emportés et plongea dans l'eau claire. En quelques brasses il avais atteint l'île.
Îlot Rocheux dépourvu de végétation, aucune cité n'y était construite, mais une trappe ouverte qui donnait sur un profond escalier était installée en son centre, dissimulée par une simple grosse pierre.
Il régnait dans l'escalier humide où il s'enfonçait après avoir séché quelques minutes sa pèlerine de lin beige au soleil, une fraîcheur qui aurait glacé le sang d'un géant en quelques secondes.

L'escalier débouchait sur un long couloir humide, de l'eau filtrait du haut plafond de pierres taillées, créant de petites Stalactites qui grandissaient au fil des ans. De fins champignons verts recouvrait le sol pavé et feutraient les pas de Brennus tandis qu'il avançait avec prudence dans le dédale de couloirs sombres. Parfois, une salle plus vaste s'ouvrait et laissait voir quelques prisons où gisaient des ossements ou alors un enchevêtrement de cranes emmêlés formait l'un des murs de la salle.
Des Statuettes de divinités païennes gisaient parfois au sol, brisés ou recouvertes de mousses, elles était vieilles et usées.
Brennus marchait toujours à travers les couloirs, cherchant un signe de vie. Un pas en avant et... Clic. Le pavé sur lequel il avait marché était piégé.
Une flèche sortie du mur devant lui et vint se planter entre ses deux yeux. Enfin, c'est ce qui se serait passé s'il n'avait pas esquissé un pas sur sa gauche et attrapé la flèche au vol entre deux doigts de sa main droite.
Il faudrait être plus prudent désormais. Mais il savait qu'il était sur le bon chemin. Il continua sa marche prudente à travers un N-ième couloir vermoulu par l'humidité et le froid.
Pour finalement tomber sur un cul de sac.
Il aurait rebroussé chemin s'il n'avait pas remarqué la plaque fichée au mur.

« Loin en deçà des montagnes froides et embrumées
Vers des cachots profonds et d'antiques cavernes
Il nous faut aller avant le lever du jour
En quête de l'or pâle et enchanté.

Les nains de jadis jetaient de puissants charmes
Quand les marteaux tombaient comme des cloches sonnantes
En des lieux profonds, où dorment les choses ténébreuses
Dans des salles caverneuses sous les montagnes.

Pour un antique roi et un seigneur lutin,
Là, maints amas dorés et miroitants
Ils façonnèrent et forgèrent, et la lumière ils attrapèrent
Pour la cacher dans les gemmes sur la garde de l'épée.

Sur des colliers d'argent ils enfilèrent
Les étoiles en fleur ; sur des couronnes ils accrochèrent
Le feu-dragon ; en fils torsadés ils maillèrent
La lumière de la lune et du soleil.

Loin en deçà des montagnes froides et embrumées
Vers des cachots profonds et d'antiques cavernes
Il nous faut aller avant le lever du jour
Pour réclamer notre or longtemps oublié.

Des gobelets ils ciselèrent là pour eux-mêmes
Et des harpes d'or ; où nul homme ne creuse
Longtemps ils sont restés, et maintes chansons
Furent chantées, inentendues des hommes ou des elfes

Les pins rugissaient sur les cimes,
Les vents gémissaient dans la nuit.
Le feu était rouge, il s'étendait flamboyant ;
Les arbres comme des torches étincelaient de lumière.

Les cloches sonnaient dans la vallée
Et les hommes levaient des visages pâles ;
Alors, du dragon la colère plus féroce que le feu
Abattit leurs tours et leurs maisons frêles.

La montagne fuma sous la lune ;
Les nains, ils entendirent le pas pesant du destin.
Ils fuirent leur demeure pour tomber mourants
Sous ses pieds, sous la lune.

Loin en deçà des montagnes froides et embrumées
Vers des cachots profonds et des cavernes obscures,
Il nous faut aller avant le lever du jour
Pour gagner sur lui nos savoirs et notre or !  »


- J'avais déjà entendu cette chanson, elle provenait d'un compte populaire dans un pays où il pleut toujours et où les bus sont rouges et à deux étages …
Tout ceci serait donc vrai ?
Des Nains auraient construits ces galeries ? Impensable.

Il fit quelques pas en arrière et étudia plus méthodiquement les corps qui gisaient dans les cachots. De petite taille, ont aurais pu penser qu'il s'agissait d'enfants mais leur
ossature et surtout les restes persistants de barbes fichés dans la mâchoire inférieur indiquaient irréfutablement que ceux ci étaient de la race des nains.
- Une Prison Nain ? Pensa t-il tout haut.
Il retourna près de la plaque et en lit méthodiquement chaque couplets, s'arrêtant sur chaque mots afin d'en découvrir le sens caché.
- Un Trésor ? Un Dragon ? Un cristal Mystérieuse de lumière ? Une civilisation détruite ?
Tout ceci n'avait pas vraiment vocation a l'aider à avancer mais il avait souvent explorés et découverts des civilisations, il connaissait les coutumes et les rites de chacune d'elles et chaque mots de la ritournelle prenait dans sa tête un sens nouveau.
Écartant de sa main une toile d'araignée qui recouvrait le sol sous la plaque, il découvrit, protégée dans un fin linceul de soie blanche, une épée faite en or massif, le tranchant était coupant comme une lame de rasoir, le pommeau était ciselé de gravures magnifiques et incrusté de rubis.
Au centre de l'épée, à la base de la lame, ils y avait une pierre, couleur de lumière qui irradiait de clarté tout la sombre salle où il se trouvait. A côté de l'épée, il y avait son fourreau, également en or massif, incrusté de pierreries et gravé de milles gravures toutes plus fines les unes que les autres. Un pièce Magnifique.
Brennus rangea l'arme dans le fourreau et l'attachât à sa ceinture. Il en était sur, il en aurait besoin.
La plaque mentionnait un Dragon qui aurait éradiquer le peuple Nain qui dominait probablement l'île autrefois. Sans doutes quelques survivant un peu moins fières que les autres se sont ils voués au culte du Dragon après cela. C'est toujours comme cela que ça ce passe dans les civilisations humaines …
Certes ce sont des nains mais il n'y a pas de raison que ce soit différent.
L'autre clef de l'énigme était très probablement le levé du jour. Mais il ne savait pas trop comment exploiter cette information. En attendant, il repartit à la recherche d'indices dans le labyrinthe de couloirs froids. Il marchait depuis déjà longtemps et au bout d'une heure encore de marche, il s'accorda une pose et s'endormit.
Quand il se réveilla, la soleil frappait violemment sa tête.
Le Soleil ? Comment étai-ce possible ? Il était dans un souterrain ?
C'est alors qu'il se rendit compte de l'endroit où il était. Attaché solidement par les poignets et les Cheville à une lourde table de métal au centre d'une pièce éclairée par une puissante Lumière.
Il avait été kidnappé à n'en pas douté par quelques créatures Maléfiques. L'épée était toujours à sa ceinture. Une cage à côté de lui enfermait une étrange jeune femme à la chevelure Noire, inconsciente. Depuis combien de temps était elle là ? Depuis combien de temps était il là lui même d'ailleurs? il n'en savait rien.
Il eu toutefois un sourire en pensant que ceux qui l'avait amené là avait fait une belle erreur, lui épargnant de résoudre l'énigme.
Quand un petit être barbu, habillé d'une grande soutane blanche brodée d'un dragon fit irruption dans la pièce. Probablement un prêtre Nain à la solde d'un hypothétique Dieu Dragon.
- Bien Bien Bien ! Nous auront donc deux sacrifices au lieu d'un ! Dit le Nain.
La jeune femme ouvrit les yeux.


Revenir en haut
Nicorobine (Crilix)


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 42
Nom ou/et prénom: Ashley Mizuki Robins
Féminin
Points: 43
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 22:48 (2014)    Sujet du message: La Nécropole Maudite Répondre en citant

Le Néant ...Tout est noir ,aucune odeur,aucun bruit ,aucun goût .Rien devant ,derrière,en haut ,en bas.Rien qu'elle qui plane à l'endroit ou à l'envers car plus rien n'existe...Ne serait ce que la lune ou le soleil,les étoiles,la galaxie,l'horizon...Rien...Puis une voix,une voix glaciale stridente mais reconnaissable par celui qui sait l'écouter,celui qui sait comprendre la chance d'être dans un Néant...Une voix qui ne pourrait appartenir à qu'une seule personne...Personne d'autre...Une personne qu’elle connait bien...Une personne que Ashley connait bien...Même trop bien ....Cette personne qu'elle ne voit pas qu'elle ne verrais sûrement jamais ou plus tard,plus tôt...Même le temps n'existe plus!
-Ange ou Démon?Démon ou Ange?A toi de choisir le destin maléfique ou pure qui te suivra...Jusqu'à la mort!A par si tu l'es déjà...Deviens ma Faucheuse ou l'allié de mon pire ennemi!Choisis...Choisis ta Destiné!
La voix parti dans un rire puis un écho qui reflétait sur aucune paroi....
-Démon...
D'une voix rauque répondit Ashley ,d'une voix faible répondit Ashley d'une voix qui répandit une aura autour de la jeune femme ,une aura dévastatrice...Une aura meurtrière qui coulait depuis toujours dans ses veines ,un aura aussi meurtrier que paisible ,aussi démoniaque que angélique,aussi apaisante que excitante...Une aura qui n’apaiserait personne.Mais qui en tuerais bien des centaines...Un aura que seul Ashley pouvait porter....Une épreuve décisive dans sa vie et qui changerais son destin...A quoi bon choisir le bon côté  si on sait ce qui nous attend de l'autre...Imaginez que la chance n'est qu'une perte de temps absolu...Imaginez que le monde n'est qu'une pensée qui renferme votre esprit pour ne plus vous en libérer...Pour que vous ne sachiez ce qu'est la vérité...Un Ange?Un Démon?C'est votre esprit qui choisis ce que vous allez enduré pendant le reste de votre mort...Ou bien de votre vie!


Nous n'aurons pas un mes 2 sacrifices aujourd'hui!


 Par ces mots je me réveil...Je ne sais pas si j'étais inconsciente ou endormi...Tout ce que je sais c'est que je suis toujours dans le même cage,ce n'était donc pas un cauchemar,tout sa est bien réel...Mon frère est mort et je suis enfermé...J'ouvre lentement mes paupières encore lourdes...J'essaye de bouger mes doigts,ceux de mon bras mécanisé ont du mal à bouger .Du sable à dû s'incruster dans les mécanisme et l'humidité qui règne a du rependre quelque touche de rouille.Tout le bras est ainsi,très difficile à bouger et grince à chaque mouvement .La jambe est un peu moins touché sachant qu'elle était en dessous de moi et donc n'a pas été touché par l'humidité.Je bouge peu à peu tout mes membres passant par le cou ,les poignets etc...Quand tout est un peu près en ordre,mon esprit et mon corps,je commence à m'attarder sur ce qui m'entoure en commençant par la cage.Elle est faites d'un métal très claire et brillant qui se rapproche au plus près de l'or.La pièce était plutôt grande,les murs fait de pierres taillées .La pierre était verdâtre,couverte de mousse mais on pouvait y voir quelque gravure,je n'y prêta pas attention.Elle regarda en dessous d'elle,sur la façade gauche était érigé une gigantesque statue composait d'un homme et d'une femme qui tenait d'une main une coupole.La coupole était rempli d'un liquide rouge presque bordeaux qui semblait être du sang.En dessous était installée une table à sangles où était accroché un homme.Elle ne le voyait pas très bien car son œil droit était défectueux,elle ne voyait que du flou.A côté de lui se trouvait un être ,il semblait petit et ressemblait à un gnome du moins de dos....Elle que le gnome ne l'avait pas remarqué mais l'homme si .Ashley lui fit signe de se taire même si cela était inutile,l'homme n'était tout de même pas stupide.Elle revint sur sa cage pour trouver un moyen de se délivrer .Ashley se souvient alors que l'or fondait si sa température augmentait ou du moins pouvait se casser beaucoup plus facilement,c'était son frère qui lui avait appris sa,son frère était un passionné de tous ce qui se rapprochait à la Terre en elle même.Elle commença alors la manœuvre de faire chauffer le métal.Elle prit un barreau entre ses deux mains en évitant d'attirer l'attention du gnome et commença l'oeuvre.Son bras grinçait un peu mais pas suffisamment pour la faire remarquer.Le barreau cassa rapidement et s'écrasa au sol dans un boucan pas possible.Elle glissa et s'écrasa elle aussi au sol.Elle était tombé sur son bras mécanique qui était maintenant complètement bloqué.Elle eut à peine le temps de se relever que le gnome fonçait sur elle ,épée à la main.Elle l'esquiva de peu et fonça vers l'homme.Elle esquiva une nouvelle fois et l'épée ricocha sur une sangle qui se cassa sur le coup.Pris de stupeur ,le gnome fut déconcentré et Ashley en profita pour lui mettre un bon coup de pied.Elle était épuisé,son bras la faisait souffrir et elle ne pourrait esquiver à jamais .Quand elle fut au sol,une épée sur le cou.
-Tu es enfin à moi espèce d'enfant de putain,dit le gnome.
Ashley n'en pouvait plus,elle était épuisé.Elle ferma les yeux attendant sa mort mais rien ne se fit.Elle ne sentait plus le poids du gnome  .Elle ouvra les yeux,il était encastré dans le mur d'en face inconscient ,surement mort.Elle avait une force nouvelle.Elle sentit du sang coulait sur sa tête,elle tâta et découvrit des cornes puis de longues griffes noires apparurent sur sa mains droite,ainsi qu'une canine,une seul pas l'autre,elle sortait légèrement de sa bouche et ne pouvait pas y rentrer,puis une queue apparu,fine,sensible.Elle se déplace mais perdit vite l'équilibre,elle ne maîtrisait pas son corps,elle réussi tout de même à se rapprocher assez de la table pour casser les 3 sangles restantes,Elle était plus rapide et plus puissante.Elle s'évanouit juste après.Ce n'était pas un cauchemar qu'elle avait fait...Mais une rencontre avec le Diable lui même.... 


Désolé pour les fautes....
_________________
Du multifruit...Oh oui du Multifruit....


Revenir en haut
Mc-Gold


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2012
Messages: 113
Nom ou/et prénom: Brennus Ludicael
Masculin
Points: 115
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Dim 30 Mar - 04:18 (2014)    Sujet du message: La Nécropole Maudite Répondre en citant

Parce qu'une fraction de seconde peut faire la différence entre un survivant et un cadavre, Brennus ne pris pas le temps de réfléchir, il se leva à l'instant même où il fût libre, sauta au sol et rattrapa la jeune femme évanouie avant qu'elle ne s'écrase au sol. Il se rendit compte d'une légère faiblesse dans sa jambe gauche. Probablement due au fait qu'il à passé trop de temps dans une même position inconfortable. Peut importe. Il fallait filer d'ici.
Il observa la salle avec attention. Spacieuse, elle offrait un certain charme. En trois ou quatre points elle était ouverte sur de long tunnels sombres.
Une statue gigantesque était placée contre l'un des murs, son socle était creusée d'une forme de siège où était assis un nain. Il n'avait pas bougé alors que ce qui était probablement son grand prêtre venait d'être littéralement incorporé au mur de la salle.
Le nain et Brennus, se fixèrent longuement. Le Nain arborait un sourire de suffisance face à Brennus que le petit être intriguait grandement.
Le Nain se leva. Lentement. Il s'approchait de Brennus qui portait dans ses bras la jeune fille endormie. Tout en avançant, le nain leva son bras droit et claqua 3 fois des doigts.
Sitôt ce geste fait, des grognement sifflèrent, venus de toutes les galeries de la nécropole.
Bien vite les 4 sorties devinrent des entrées pour les nains, tous armées. Mais ce n'était pas des nains ordinaires non … Il y à bien longtemps qu'il n'existe plus autant de nains. Ceux là étaient des centaines, des milliers peut être et était en décomposition évidentes. Certains déjà n'avaient plus que leurs os, d'autres, des lambeaux de peau déchiquetés pendait de leurs corps décharnés. Des nains Zombies. Et ils nous encerclent. Pensa Brennus. Qui n'était pas en position de s'en sortir avec la fille qu'il devait porter. Il faudra se battre.
Le Nain riait de façon outrancière, à l'abri derrière ses sbires.
Bennus et Ashley se retrouvais entourés de Zombies. N'attendant qu'un ordre pour fondre sur les deux Humains.
  • Tuez les. Hurla le maître Nain.

La cohorte de nains zombies se jeta su eux.


Brennus leva les yeux. Le plafond est très haut, on devrait pouvoir s'en sortir.
  • Accroche toi bien petite. Dit il à Ashley qu'il tenait dans ses bras et qui venait de rouvrir timidement les yeux.
    « Pas de lune. »

Il décolla littéralement du sol pour marcher sur l'air au dessus des nains qui ne pouvait l'atteindre même en sautant le plus haut que leur petites jambes de nains pouvait les propulser. Ils marcha ensuite sans difficulté apparente au dessus des petits être zombifiés. Vers une sortie au hasard.
Le maitre Nain s'en trouva tout abasourdis. Comment cet homme vieillissant qui devait bien avoir 40 ou 50 ans pouvait il faire cela. Il repris toutefois rapidement ses esprits. Les tunnels était moins haut que la grande salle et ils ne pourrait se servir de cette technique pour fuir dans un espace si réduit.
  • Attrapez les ordonna t-il.

Brennus avait atteint le tunnel, s'était posé et partait déjà, courant, portant toujours la jeune femme dans ses bras.
Les hordes de nains les poursuivaient. D'autres sur leur côté frappait les barreaux de leurs cellules pour s'en libérer et se joindre à cette chasse à l'Homme.
Soudains, sur la droite d'un des tunnels, une porte en bois. Brennus que le poids du métal de la jeune Ashley commençait à fatiguer l'ouvrit rapidement, se glissa à l'intérieur et ferma, posa la jeune femme à terre et bloqua la porte avec son corps juste à temps pour empêcher les zombies d'enfoncer cette dernière.
La salle était faiblement éclairée et deux nains, bien vivants ceux là les regardaient avec des yeux rond d'incrédulité assis à une table basse.
  • Tu peux t'en occuper ? Je tiens la porte.

Demanda Brennus à Ashley qui reprenait doucement ses esprits. Dé qu'elle fut consciente de l'endroit où elle se trouvait et de ce qu'il s'était passé, elle passa instinctivement sa main sur sa tête. Avait elle rêvé ? S'était elle transformée réellement en démon il y à quelques minutes ? Plus de cornes en tout cas. Pas non plus ni trace de canines ni de griffes … Encore moins de queue.
Étrange pensa t'elle.
Brennus qui assistait à se petit ménage lui répondit :
  • Oui, ça à disparu quand tu t'est évanouie. Mais on n'a pas le temps la. Occupe toi des deux là bas.

Elle obtempéra et se débarrassa sans mal des deux nains. Peu entrainés au combat.
La salle était maintenant vide de toute présence vivante sauf elle et Brennus qui empêchait toujours la horde zombie d'entrer en bloquant la porte.
Cette salle semblait servir d'armurerie. Des lances, des Arcs, des épées, boucliers et autre types d'arme de toutes sortes étaient pendus sur les murs ou dans des coffres posés à même le sol.
  • Arme toi, tu vas en avoir besoin dit il à Ashley.
  • Comment t'appelle tu ? Demanda t-elle tout en choisissant une arme à sa convenance.
  • Brennus. Et je suppose que tu est Ashley.
  • Tout juste.

La pièce n'offrait pas d'autre issue que la porte par laquelle ils étaient entrés. Il faudrait ressortir par là.
  • On va sortir. Dit il.
  • Tu est fou. Si on ouvre on est mort.
  • Ne t'inquiète pas. Je vais créer une pause dans leur assaut il faudra en profiter pour fuir. Surtout cours et ne t'arrête pas avant d'avoir atteint l'extérieur.
  • Et toi ?
  • Je te suivrais.



Brennus ouvrit la porte violemment faisant ainsi tomber quelques zombies lamentablement dans la pièce. Il fit un pas hors de l'armurerie.
Face à la horde, il ne bougea pas. Ashley courut dans le sens opposé à celui des zombies.
Brennus contracta les muscles de son corps, libérant la puissance de son esprit. Lui qui avait été un grand Pirate, il avait appris au fil des ans à le maitriser mais ne s'en était pas encore servit réellement en situation de crise. Il était temps.
Sur 10m autour de lui, les zombies tombèrent instantanément, comme la mouche rencontrant l'ampoule brulante.
C'était cela la puissance destructrice, le pouvoir du Haki suprême. Le Haki des Rois. Sitôt la foule des zombies à terre, il partit en courant à la suite d'Ashley avant que ces derniers ne se relèvent.
Après une très longue cours en ligne droite poursuivit par les zombies dans un couloirs humide et sombre, une puissante Lumière l'éblouit. C'était l'extérieur. Il était sorti par un passage qui donnait près du grand lac par lequel il était entré dans ce lieu maudit. Ce passage était caché par un buisson et avait été son salut. Mais … et elle ? S'en était elle sortie ? Il ne l'avait pas croisé durant sa course. Il ne pouvait qu'espérer. Enfin jusqu'à ce que les yeux de Brennus s'adaptent à la lumière nouvelle du Soleil qui frappait fort à cette heure de la Journée. Il devait être 11h. Ashley était adossée à un arbre face à lui. Son arme à la main. Prête à en découdre avec les zombies qui sortiraient du tunnel.
L'âne-Lézard les avait aussi rejoins, il semble qu'Ashley ai eu le temps d'attacher sur son dos un espèce de gros livre relié de cuir. Sans doute l'avait elle trouvé dans sa course.
Brennus s'écarta de l'entrée du Tunnel quand les Zombies en sortirent. S'engaga alors un combats inévitable entre Ashley et Brennus tout deux épuisés contre une horde de Nains-Zombies-Squelettes.
Mais le terrain était plus favorable au deux Humain que s'il s'était déroulé dans la Nécropole. Ils avaient leurs chances.
5 ou 6 zombies tentèrent une attaque sur Brennus, celui ci les repoussa d'un revers de bras.
Un autre tenta de lui mordre la jambe, il se brisa les dent sur un Métalium infranchissable. Brennus dégaina ensuite l'épée d'Or qu'il avait toujours pendue à sa ceinture. Celle là même qu'il avait trouvé avant de se faire capturer. Elle brillait au soleil d'une telle force qu'elle semblait émettre une lumière venu de Dieu lui même. À cette vue, les yeux de Ashley passèrent du Noir au rouge sang et elle se transforma en un véritable monstre.


Revenir en haut
Nicorobine (Crilix)


Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2013
Messages: 42
Nom ou/et prénom: Ashley Mizuki Robins
Féminin
Points: 43
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Mer 11 Juin - 16:22 (2014)    Sujet du message: La Nécropole Maudite Répondre en citant

Je venais tout juste de sortir de cette fichu Nécropole ,le livre à la main ,quand Brennus parvint lui aussi à sortir ,une troupe d'humanoïde moitié vivant moitié mort à ses trousses .Malgré la fatigue , nous en éliminèrent quelques-uns sans trop de difficulté quand une vive douleur me traversèrent les bras ,les jambes ,puis tout mon corps ,j'avais l'impression que mon sang bouillonnait en moi .Je parvins tout de même à bredouiller:


    -Occupe toi ...d'eux ... Brenn...


Un hochement de tête discret de la part de l'homme me fit savoir qu'il avait compris et redoubla d'effort .Je m'écroula au sol ,un genou au sol ,me tenant le ventre et serrant les dents devant la douleur atroce qui me parcourait le corps .Une quinte de toux met soudainement apparu ,je vomi par la suite et en essuyant d'un revers de main ma bouche je compris :j'avais vomi du sang ,du sang qui me brûlait atrocement la peau .Il avait dégouliner de ma bouche tel une cascade  ,sa couleur bordeaux attisant l’œil mais quelque chose clochait ,de petites bulles se formait par milliers sur la flaque se situant par terre laissant échapper un fumée comparable à de la lave en fusion .Il y avait réellement du sang qui bouillonnait en moi .
Quand je pu enfin me relever  ,l'arrière goût âcre du sang dans le fond de ma gorge ,un mal de crâne intense ,comme la masse du forgeron tapant le fer encore chaud sauf que ce n'était plus du fer mais ma conscience .Puis tout s'accéléra ,mes yeux s'injectèrent de sang et devinrent rouge vif ,mon bras mécanisé se vit recouvrir d'une peau emplit de fines plumes ainsi que de longues griffes ,sûrement des serres de rapace.Ma jambe droite et mon œil (qui se vit remplacer par un œil de rapace) subirent le même sort,mes ongles furent aussi remplacés par de longues griffes acérées ,des cornes poussèrent sur l'avant de ma tête ,mes dents poussèrent et devinrent de très grands crocs ,près à déchiqueter la chair ; une grande queue ,comme par magie ,pris place dans le bas de mon dos.
Je n'étais plus moi même .;
Je ne me contrôlait plus ;
Quelqu'un avait pris place dans mon corps ;
Quelque chose avait pris possession de mon corps .
La chose s'écria alors avec une voix rauque qui était la mienne :


   -SATAN EST EN TOI MA CHÈRE!


Il regarda autour de lui , Brennus s'affairait toujours à tuer les morts vivants un par un sans pour autant faiblir.Satan  leva mon bras gauche ,le regarda ,puis le planta les grandes griffes qui le ornait dans mon épaule droite ,il les retira laissant jaillir un grand filet de sang toujours aussi brûlant .Il lécha ses griffes se délectant de son propre sang ,toujours le même sourire démoniaque sur ses lèvres qui était les miennes .Il laissa échapper un rire bruyant puis s’élança dans la horde en empalant et déchiquetant de ses mouvements fluides quelques gnomes zombifiaient .Il s'arrêta d'un seul coup au centre du troupeau ,regardant vivement autour de lui .Il leva finalement la tête ,prit une grande inspiration puis lâcha un grand cri ,qu'aucun êtres humains ne pourraient reproduire .Tout les zombies se retournèrent vers l'abomination puis explosèrent ,un à un , laissant échapper leurs sang glaciale sur ma peau et celle de Brennus .


Après le massacre ,le décor avait littéralement changé :le rouge régnait.


Satan s'approcha vivement de Brennus ,aucun être n'aurait pu être aussi rapide, encore surpris et dépassé par les événements .Brennus ne vit qu'au dernier moment le monstre mais c'était déjà trop tard ,le démon le soulevait déjà par le cou d'une facilité impressionnante ,enfonçant quelque peu ses griffes ensanglantées.Satan lâcha :


    -A ton tour non ?!
_________________
Du multifruit...Oh oui du Multifruit....


Revenir en haut
Mc-Gold


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2012
Messages: 113
Nom ou/et prénom: Brennus Ludicael
Masculin
Points: 115
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Dim 22 Juin - 18:38 (2014)    Sujet du message: La Nécropole Maudite Répondre en citant

Après le cri, un silence de mort s'était instauré dans le triste décore. Les feuilles et l'herbe, si vertes,  il y a quelques minutes encore, se sont tachées d'une épaisse couche de liquide poisseux et rouge vif. Des cadavres jonchent le sol de leur lourdeur pestilentielle. La mort régnait désormais en ses lieux alors qu'un coyote hurlait dans le déserte lointain, brisant le silence.


Quand le monstre énorme qu'était redevenue Ashley réapparue, se jetant sur moi à la vitesse de l'éclaire sans que je n'y puisse rien faire. Je sens ses griffes pénétrer la chaire tendre de mon coup. Mon coeur bat comme jamais. Je sens, sous ses griffes noires, ma jugulaire qui brasse des litres de sang bien trop vite. Je vais mourir. Je n'peux plus bouger, les bras ballants, l'épée toujours dans ma main. Il me fait décoller du sol sans que je ne puisse l'en empêcher. ses doigts s'enfoncent encore un peu plus dans mon cou.


Ainsi suspendu à près d'un mettre du sol, face à face avec le monstre, je n'pouvais plus rien dire, respirer même m'était difficile tant la pression était forte sur ma trachée. Le démon me soufflait son haleine cadavérique tout en exhibant des crocs long comme des doigts.


Immobile, j'attendais la mort. quand il poussa un hurlement sorti tout droit des abysses du tartare. Il pivota ses épaules rapidement vers sa droite, m'attirant vers lui avant de faire le mouvement inverse, libérant ma gorge, me projetant avec une force inouïe dans un arbre proche qui explosa en copeaux sous le choc.


Assommé mais encore en vie, je me relevais péniblement, du sang me recouvrait l'oeil gauche, issu d'une longue plais qui courrait désormais le long de ma temps. Je récupérais mon épée qui s'était plantée à côté dans le sol meuble.


Reprenant mes esprits, j'étais de nouveaux libre de mes mouvements, je tournais la tête dans la direction du démon juste à temps pour le voir envoyer voler mon petit âne-lézard d'un coup de pied ... N'y tenant plus, je sentais bouillir en moi la rage. Le combat allait vraiment commencer.


Levant mon arme, je me jetais imperceptiblement sur le démon, un humain ordinaire ne m'aurait jamais vu arriver. Lui si. Et il para mon coup décapitant de sa lourde épée en fer blanc le combat se poursuivit ainsi longtemps, échangeant les coup, faisant rougir le métal de nos armes s'entrechoquant dans un vacarme épouvantable. Une lutte acharnée entre l'homme et le démon. Je me déplaçais rapidement autour de lui dans l'espoir de le toucher. En vain. Il tournait autour d'une position fixe, parant mes coup avec une facilité accablante.


Lassé de bloquer mes coups répétés, le monstre passa à l'attaque. Dans un rugissement grandissant qui fit trembler le sol jusqu'à la montagne. Il bondit sur moi, son glaive à la main. je parais le premier coup avec difficulté, il m'envoya voler à 5 ou 6 mètres de là. Décidé à en finir, le monstre sauta et lança une attaque verticale de sa lame, je l'esquivais de justesse en sautant sur ma droite, il ouvrit tout de même une large plaie sur mon flanc gauche et ma jambe. Me relever m'était difficile, je m'appuyais sur mon arme afin de tenir à genoux. Le monstre s'approcha de moi, riant au éclat d'un rire sinistre et macabre, chacun de ses pas posé au sol laissait une grande trace de cendre chaude sur l'herbe déjà rougie par le sang.


J'étais Incapable de bouger rapidement, destiné à la mort qu'allait m'offrir ce monstre sanguinaire. Peut-être était ce mieux ainsi ... J'avais déjà bien vécu. Ma vie défilait devant mes yeux alors que le démon, riant toujours, levait son sabre au dessus de sa tête dans l'optique de l'abattre sur moi, mettant ainsi fin à ma vie.


D'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais eu de regrets durant ma vie. J'ai toujours été libre. Je suis parti de Longtown, où je suis né, et où j'ai étudié l'archéologie à l'université, en quête de liberté et de savoir. Je suis devenu pirate, j'ai trouvé des amis, formé un équipage de renommé mondial, j'ai traversé Grande Line, trouvé les stèles légendaires, décrypté leur message, j'ai trouvé celle que je cherchais. J'ai été recherché, je me suis battu, j'ai perdu des amis fidèles et chères à mon coeur, j'ai pleuré, j'ai vengé, j'ai bu pour oublié et fumé avec une tortue. J'ai tué des hommes et ai été blessé, j'ai vaincu des garnisons entières, trouvé des trésors, en ai perdu d'autres. Ma vie à été mouvementée mais jamais au grand jamais je n'ai eu à en être triste car j'ai toujours été libre.
Et aujourd'hui, je suis mort.


... ha ben non !


Le bras du démon ne bouge plus, sa lame est toujours au dessus de sa tête. Il pleur. Je n'comprend pas dans un premier temps. Jusqu'à ce que je vois une silhouette arriver chancelante par la montagne. Je ne l'avais vu qu'une fois et pourtant je l'avais reconnu. L'homme déjà à moitié mort qui m'avait remis la lettre. Il aurait survécu à tout ce chemin à travers le désert et la montagne pour venir ici, il approchait encore un peu et quand il fut à quelques mètres de nous, il tomba la tête la première dans un carré d'herbe encore verte. Un sourire sur les lèvres. Heureux d'avoir accompli sa mission. Le monstre pleurait toujours. L'âme que le démon avait conquis reprenait ses droits sur son corps, retrouvant sa forme humaine d'Ashley qui se jeta en larme sur son frère mort à ses pieds pour le prendre dans ses bras une dernière fois.


J'en profitais pour utiliser mes dernières forces, me relever et partir boitant, appuyé sur mon épée, vers mon âne-lézard blessé lui aussi qui s'était relever. Moins mal en point que moi, je m'appuyais sur lui et tournais le dos à cette folle qui avait pactisé avec le Démon.


Quand la voie Ashley m'appela, larmoyante.


Revenir en haut
Mc-Gold


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2012
Messages: 113
Nom ou/et prénom: Brennus Ludicael
Masculin
Points: 115
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: Jeu 26 Juin - 03:31 (2014)    Sujet du message: La Nécropole Maudite Répondre en citant

- Je ... Je ... J'ai froid. Dit elle tout en se recroquevillant sur elle même, accroupie au côté de son frère.


Je me retournais alors pour contempler la scène, comme sortie de l'au delà. L'homme, mort, le sourire au lève, la face tournée vers le ciel bleu azure. Et elle, accroupie, enroulée sur elle même, grelottante, le regard fixé sur le sol, sur le gisant.


Je me rapprochais prudemment d'Ashley, elle pouvait redevenir ce monstre, je le savais. Mais je n'pouvais la laisser comme cela.


rassurer de la voire toujours là,immobile malgré que je me sois approché à quelques mètres d'eux, je m'agenouillais à ses côté. Elle ne me regarda pas.


Je lui pris l'épaule délicatement dans un geste de réconfort, nous n'avons pas bougé pendant de longues heures alors que le soleil dépassait son zénith.


Je voyais ses yeux se fermer petit à petit alors qu'elle grelottait toujours en regardant le gisant paisible. Ses yeux se sont finalement fermés entièrement qu'une larme unique libéra la fente entre ses paupières désormais closes et vint mourir sur sa joue. Elle s'endormie ainsi tombant dans mes bras.


Rassemblant mes dernière forces, je la portais jusqu'à sur mon petit âne resté en retrait. Et nous sommes partis en direction du village, laissant le gisant là, sur cette terre meuble et claire, havre de verdure au milieu du sang âpre, corps robuste, en paie, entouré de cadavres décharnés de nains.


Notre convois avait bien pâle allure, une cyborg en mauvais état allongée, les bras ballants sur un âne blessé et moi boitant à côté.
Nous arrivions néanmoins au village de Salakti, coincé entre les hautes montagnes du nord et la mer encore plus au nord, après quelques heures de marche.






Mémoires d'un humble pêcheur de sardine de Salakti :


D'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais quitté le village. j'y avais fait mes classes à l'époque ou fleurissant encore l'essor de la petite cité nouvelle des montagnes. J'y ai appris l'écriture et le calcule, toutes ces choses inutiles qui n'ont de sens dans notre société. Ce que je sais vraiment aujourd'hui, ce n'est pas à cette école que je le dois mais à cette femme,  la sorcière comme l'appelaient mes camarades, tous mort aujourd'hui, la mer les à emportés comme un jour elle m'emportera moi aussi. Mais cette femme, elle, est toujours là, toujours semblable, on dis qu'elle veille sur le village depuis des millénaires et qu'elle était déjà là alors que les hommes venu des îles voisines accostèrent pour la première fois sur cette terre désertique. Cette femme, ils l'appelaient "sorcière" mais moi je lui préférais le nom de voyante. C'est elle qui m'a appris le monde, je passais des heures à l'écouter, moi assis à même le sol, elle invariablement sur son banc, toujours vêtue de noire, elle me parlait des coutumes de se monde, elle m'apprenais la pêche, et surtout elle me parlait des légendes de cette terre, plus vieilles que les hommes eux même disait elle. C'est elle qui m'a appris l'existence de cet endroit d'où l'on ne reviens pas. Jamais. Cette cité des morts, perdue dans la montagne. Je n'y suis jamais aller. Mais parfois, je la voyais discuter avec des inconnus venus d'ailleurs. Et leur indiquer la direction de cet endroit si effrayant. Jamais je n'en ai revu un. Enfin, jamais jusqu'à ce jour.


Entre temps, j'étais devenu pêcheur, je chassais la sardine sur un petit bateau de pêche. partant pour de longues journées en mer, je ne revenais que le soir alors que le soleil sombrait derrière les hautes montagnes. Parfois l'un ou l'autre des pêcheurs partis en même temps que moi le matin n'était pas là. Et la semaine suivante, on voyait sa femme vêtue de noir, remplir les banc face à la mer, attendant le retour de son aimé.


Quelques jours avant celui là, je l'avais vu, avec son âne, cet homme sur de lui, il parlait avec ma voyante. Comme à tout les autres étrangers, elle lui avait indiqué la direction du lieu maudit. Et heureux, il était parti dans se sens.


Quel ne fut pas ma surprise ce jour là. Le soleil se couchait à l'ouest des hautes montagnes, j'amarrais mon bateau aux amarres de la jetée quand je les ai vu arriver dans le soleil couchant. Lui, boitant fébrilement, une main posée sur son âne en piteux état. et une sorte de robot allongé, mort peut être, sur le dos de la bête qui glissant à chaque pas sur la poussière d'ocre venue du désert qui recouvrait le sol de la place. Arrivés devant la voyante, ils tombèrent, l'âne et l'homme au même moment, sur le sable chaud de la place, la tête la première.


Au sol, il tourna sa tête, regarda la voyante et sourie. Elle lui sourie en retour, se leva et partie vers la montagne. Ce fut la dernière fois que je la vis.


Les femmes en deuil et les marins rentrés accoururent et les transportèrent, tout trois, inconscients, dans la piteuse infirmerie du village ou un docteur auto proclamé officiait. avant de déposer l'âne fidèle et brave dans l'étable.


Allongés sur des lits de fortunes, emmitouflés dans de fins draps blanc. Il recousit les plaies de Brennus et d'Ashley avant de les laisser dormir. Ce ne fut que trois semaines plus tard qu'ils se réveillèrent alors que plus personne ne croyais en leur guérison.


Comme il convient d'après la coutume du village de Salakti, le premier jour de la troisième semaine après la mort apparente d'un être, on sacrifiait ses biens sur la grand place. Quelques femmes en noir étaient là, assises sur leur banc à regarder un temps le rituel avant de reprendre leur contemplation de la mère. L'âne était remis de sa blessure et nous l'avions conduit au centre de la place, l'attachant à un piquet, le bourreau arrivait muni de sa hache près a trancher la tête de l'animal afin d'accomplir le rituel libérateur et de permettre à l'âme des morts de s'en aller libres vers l'au delà. C'est alors qu'ils se réveillèrent. Au même moment. Ils se levèrent avec peine, couverts de bandages cachant leurs cicatrices multiples. Habillés de longues robes d'hôpital bleu ciel. Ils étaient seul dans l'infirmerie. Brennus ouvrit lentement la porte vers l'extérieur. La porte ouvrait sur la grand place du village ou au centre trônait un âne fière encore debout, a ses côtés un bourreau cagoulé, brandissant un hache au dessus du coup de l'animal qui ne tremblait pas. Brennus ne dit mot tant la scène lui sembla irréaliste. Ashley sorti à son tour au moment où, la lame de la hache descendis bruyamment, tranchant net la tête du petit âne qui tomba à terre. Ashley, choqué par sa vision hurla, si fort que l'infirmerie derrière eux s'écroula. Sa fureur pris le dessus sur sa raison. Des griffes sortirent à nouveau de ses mains, ses cornes, sa queue réapparurent. Son corps se re transforma, plus grand que jamais, faisant disparaître toute trace d'humanité en elle pour ne redevenir que le monstre qu'elle avait été.


Dans sa rage, elle renversa Brennus qui était à côté d'elle, sautant au milieu de la place, attrapant la tête du bourreau dans sa lourde main griffue, la broyant, faisant couler sa cervelle et les os de son crâne par tout les orifices possibles avant de le laisser retomber lamentablement au sol. Elle trancha ensuite d'un coup de griffe les tête des veuves qui regardaient. Les pêcheur n'y échappèrent pas. Le monstre les mutila jusqu'à la moelle. Je n'm'en suis pas si mal sorti pour ma part, il se délaissa de moi, me laissant une jambe tranchée seulement et borgne. Le monstre détruisit une à une toutes les maisons du village, rasant les mures et les toits, déciment les familles qui y vivaient tout en poussant des cris de colère immense venus tout droits des limbes de l'enfer. Quelques minutes plus tard, le village était en ruine. et le monstre se calma, retournant près de la pauvre  bête Il s'agenouilla.


Brennus n'ayant été qu'assommé, il s'approcha d'elle alors que peu à peu, elle reprenait sa forme humaine debout, derrière elle, il resta là sans bruit, pleurant intérieurement lui aussi sur la mort de l'infortunée bête de somme.


Puis il serra Ashley contre lui, la laissant longuement pleurer de chaudes larmes libératrices sur son épaule.


Après un temps, tout deux furent apaisés. Et la jeune fille regarda autour d'elle les ruines de la cité et la morts des habitants, essuyant incrédule d'un revers de main une larme résiduelle dans son oeil. Elle ne le croyait pas. C'était son oeuvre ? Elle en était sur, l'oeuvre de sa colère. Elle l'avait souhaité en voyant l'horrible scène mais elle ne pensait pas. Elle ... Elle pensait en être libéré. Mais on ne se défais pas ainsi d'un pacte avec un démon. Elle leva la tête, regardant Brennus toujours lovée dans ses bras.


- Je ... C'est moi qui ... tout ça ...


- Oui.


Elle le serra plus fort contre elle comme pour se rassurer.


- Brennus. je ... cette chose ... ce démon ... Il est ... trop ...


Elle planta ses yeux dans ceux de celui qui était venue la sauvée.


- je t'en prie, Aide moi.


- Bien sûr.


Après s'être changé et avoir aidé les quelques survivants, dont je faisait parti miraculeusement, à survivre, ils montèrent sur un bateau au hasard et partirent tout deux vers l'horizon où se confondent le ciel et la mer, où l'ici et l'au delà ne font qu'un.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:56 (2018)    Sujet du message: La Nécropole Maudite

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    one piece rpg Index du Forum -> Le RP c'est par ICI ! -> Les quêtes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com